Forte augmentation de la violence chez les jeunes

Ces derniers mois, la violence chez les jeunes a explosé, notamment en France, qui est particulièrement touchée par des événements dramatiques.

En Suisse, les actes de violences sont aussi présents, certes moins diffusés sur les réseaux sociaux et par les médias.

La justice pour mineurs est sensible. Certains prônent la répression, d’autres la prévention.

Force est de constater que ni l’une ni l’autre ne fonctionnent réellement.

Dans ces actes de violence, un me choque tout particulièrement ; c’est le tabassage d’un individu qui est à terre, recevant des coups de pied au corps et surtout à la tête. Cela se passe aussi avec des adultes.

Ou sont l’honneur, le respect humain et le courage ?

Il est temp que le législateur qualifie cet acte de tentative de meurtre, ni plus ni moins. Arrêtons les qualifications de lésions corporelles simples ou graves pour cet acte précis.

En inculquant aux jeunes et autres bagarreurs que de frapper un homme à terre et à la tête, peut provoquer la mort, un message fort serait lancé, une sorte de « prévention-répression », qui pourrait à terme porter ses fruits.

Ceux de ma génération, les 40-50 ans et plus, ont tous connus des bagarres, lors des bals de jeunesses, des vogues, des fêtes des Vendanges & Cie ou aux fameuses soirées « Jackfil ».

La différence, c’est que nous nous battions le plus souvent à un contre un, les autres entourant les pugilistes et lorsque l’un d’eux était à terre, la rixe était terminée. Parfois même, après la bagarre, nous buvions un verre ensemble.

Quelle est loin cette époque !

Il est temps d’agir et d’arrêter de trouver des excuses ou des circonstances atténuantes. Quelqu’un qui frappe une personne au sol, à la tête, peut le tuer et c’est donc tout simplement une tentative de meurtre.

Cependant, et c’est toute la complexité de la justice et des sanctions, il y a pire que la mort ; c’est de vivre avec des séquelles physiques et psychologiques toute sa vie durant.

Lien permanent Catégories : jeunes, Violence 1 commentaire

Commentaires

  • Quand j`étais djeunne et c.., Geneve années septante, j`ai aussi pris part quelques bastons mémorables entre "ma bande" et des loubards frontaliers. Il est vrai qu`on n`utolisait guere de couteaux, mais il y avait toujours quelques barres de fer qui peuvent faire tout autant de dégat. La différence me parait surtout etre l`age plus jeune des participants de maintenant. A l`époque, on jouait a se prendre pour des Hell`s Angels (ca obligeait d`ailleurs a etre motorisé), maintenant les gamins se font surement aussi du cinéma dans leur tete meme si les "modeles" sont probablement moins inspirés du monde réel que de celui des jeux vidéo et autres cyberc..eries.

Les commentaires sont fermés.